Eludice s’agrandit !

 

Des escapes dignes de films hollywoodiens

 

David Reiss-Zajtman a créé Eludice en 2014. C’est aujourd’hui un des leaders de la conception et de l’installation d’escape games, ces jeux d’évasion très en vogue.
” Ce qu’on souhaite, c’est que le joueur ait l’impression non pas de rentrer dans le décor d’un film mais dans le film lui-même” explique David Reiss-Zajtman. Ce jeune homme de 34 ans, originaire de l’Oise et arrivé dans la Loire il y a 10 ans, est le président fondateur de la société Eludice, spécialisée dans la conception et la fabrication d’escape games.

115 salles créées depuis 2017

Ca a été la première en France (il y en a aujourd’hui une dizaine) et elle est aujourd’hui l’un des leaders du marché (les principaux concurrents se trouvent en Bulgarie et en Russie). Avant de faire des escapes games, David Reiss-Zajtman a eu plusieurs vies professionnelles. Il a d’abord été cascadeur. Puis hypnothérapeute. “J’étais à mon compte depuis 6 ans et je commençais à saturer, j’avais besoin de ludique.”

Fin 2014, il découvre à Paris les escape games, ces jeux d’évasion grandeur nature qui viennent de débarquer en France. Il trouve le principe “génial” et, convaincu du succès futur de ces nouveaux jeux dans l’hexagone, veut se lancer dans l’aventure. Il écrit lui-même ses premiers scénarios. Le verdict tombe. “Il m’aurait fallu 300000€ pour ouvrir quatre salles, j’avais 5000€”.

(…)

Pour des structures de loisirs ou de grandes entreprises

” Soit on nous donne carte blanche, soit une fois sur deux, les clients viennent avec leur idée” confie le patron d’Eludice. Sur son site internet, la société stéphanoise propose un catalogue d’une douzaine de salles duplicables. Moyennant autour de 4000€, il est possible d’acheter un scénario complet avec toutes les indications pour créer soi-même sa salle.

Pour un escape game original livré clés en main, les tarifs sont bien plus élevés. Et très variés : ‘Ca peut aller de 15000€ pour une salle toute simple jusqu’à plusieurs dizaines de milliers d’euros pour une salle aux décors très chiadés et bardée de technologie. La plus chère qu’on ait faite, jusqu’à présent, c’était 93000€. Mais il n’y a pas de limite. Surtout qu’aujourd’hui, il y a une véritable course à la surenchère en termes de technologie et de déco.”

 

Découvrez l’article dans son intégralité sur le site du Progrès. 

justo diam Donec Praesent ut massa nunc